Search

Your search for 'dc_creator:( "Red." ) OR dc_contributor:( "Red." )' returned 1,359 results. Modify search


Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Lalitpūr

(223 words)

Author(s): Réd.
, nom d’une ville de la région du Bundelkhand, dans l’Inde Centrale, qui appartient administrativement au saillant vers le Sud des anciennes Provinces Unies, l’Uttar Pradesh (24° 42’ N., 78° 28’ E.) sur la grande ligne de chemin de fer de la péninsule indienne et sur la route Kānpūr (Cawnpore)-Saugor. La tradition en attribue la fondation à Lalitā, épouse d’un rād̲j̲ā du Deccan. Jusqu’au début du XVIe siècle, elle était aux mains des Gonds; au siècle suivant, elle fit partie de l’État bundelā de Čandērī et, dans la première moitié du XIXe, elle passa de la domination des Marāthā à cel…

Tōlā

(100 words)

Author(s): Réd.,
, poids en usage en Inde (sanskrit tulā, hindi tōlā «balance, instrument de pesée») à la fois pour l’or et l’argent. Autrefois, un tōlā = 96 rattīs, le rattī étant l’ancienne unité indienne de poids, selon E. Thomas égale à 1,75 grain. Dans l’Inde Britannique, par un décret de 1833, le tōlā de 180 grains, également poids de la roupie [voir Rūpiyya], devint l’unité du système des poids, 3.200 tōlās étant équivalent à l mān ou maund. (Réd.) Bibliography Yule-Burnell, Hobson-Jobson, a glossary of Anglo-Indian colloquial words and phrases, 2Londres 1903, 928. Voir également Makāyil. 2 et sa …

Rōhtās

(72 words)

Author(s): Réd.
, forteresse dans le District de Jhelum de la province du Pand̲j̲āb au Pākistān (lat. 32° 55’ N., long. 73° 48’ E.), à 16 km au Nord-est de la ville de Jhelum. Elle fut construite par S̲h̲īr S̲h̲āh Sūr [ q.v.] en 949/1542 après sa victoire sur le Mug̲h̲al Humāyūn [ q.v.] et dénommée d’après l’autre forteresse de S̲h̲īr S̲h̲āh au Bihār, Rōhtāsgaŕh [ q.v.]. (Réd.) Bibliography Impérial gazetteer of India 2, XXI, 322.

Kitāb Mafāk̲h̲ir al-Barbar

(567 words)

Author(s): Réd.
, titre d’une compilation anonyme à la gloire des Berbères du Maroc et d’al-Andalus. E. Lévi-Provençal en a édité, sous le titre de Fragments historiques sur les Berbères au moyen âge — Nubadh taʾrīk̲h̲iyya fi ak̲h̲bār al-Barbar fī l-ḳurūn al-wusṭā (Collection de textes arabes publiée par l’Institut des Hautes Études Marocaines, I, Rabat 1934), les extraits suivants; un chapitre du Muḳtabis d’Ibn Ḥayyān sur les rapports d’al-Manṣūr Ibn Abī ʿĀmir [ q.v.] avec les Berbères du Mag̲h̲rib (p. 3-37); un passage du Miḳbās fī ak̲h̲bār al-Mag̲h̲rib wa-l-Andalus wa-Fās d’Abū Marwān ʿAbd al-…

Ḥūs̲h̲

(139 words)

Author(s): Réd.
, pays des d̲j̲inns, au delà des sables de Yabrīn, dans lequel aucun humain ne s’aventure, et aussi espèce fabuleuse de chameaux issus d’un croisement entre chamelles communes et d̲j̲inns étalons ou descendants des chameaux des Wabār [ q.v.], dont ils occupent seuls le pays. Il arrive que des mâles sortent de ces étendues désertiques pour s’attaquer à des troupeaux et saillir des femelles domestiques; c’est ainsi que seraient nées des espèces renommées telles que les mahriyya [voir Ibil] ou les ʿasd̲j̲adiyya. Ḥūs̲h̲ semble bien être un doublet de waḥs̲h̲ [ q.v.] «sauvage», et ḥūs̲h̲ī/waḥ…

al-K̲h̲aṭṭābī

(410 words)

Author(s): Réd.
, Ḥamd (> Aḥmad) b. Muḥammad b. Ibrāhīm b. al-Ḵh̲aṭṭāb. Abū Sulaymān al-Ḵh̲aṭṭābī al-Bustī, traditionniste de tendance s̲h̲āfiʿite et poète qui passe pour descendre de Zayd b. al-Ḵh̲aṭṭāb, frère de ʿUmar, mais cette généalogie est contestée. Né à Bust en 319/931, il parcourut le monde musulman du Ḵh̲urāsān et de la Transoxiane jusqu’au ʿIrāḳ et au Ḥid̲j̲āz, «à la recherche de la ¶ science» et aussi pour faire du commerce; il fréquenta, surtout à Bag̲h̲dād, des maîtres réputés et eut à son tour un certain nombre d’élèves. Il mourut à Bust, soit en 386/996, …

Hakkārī

(349 words)

Author(s): Réd.
. nom d’une tribu kurde qui, depuis les temps anciens, a habité les districts montagneux pratiquement inaccessibles au Sud et à l’Est du lac de Van, région appelée par les géographes et historiens arabes Hakkāriyya, du nom de la tribu [voir Kurd] et, de là, nom d’un vilâyet de l’extrême Sud-est de la République Turque moderne (nom actuel: Hakkâri): population (en 1960), 67 766 âmes (région de Turquie dont la population est la plus clairsemée avec une densité de sept habitants seulement au km2); la ville principale est Čölemerik [ q.v.]. Cité par Yāḳūt [s.v.] comme désignant une ville…

Fāris

(931 words)

Author(s): Réd.
(A., pl. fursān et aussi fawāris, probablement par souci d’expressivité), désigne le cavalier et ne peut s’appliquer en principe à un homme monté sur un âne ou un mulet. Le cheval a été étudié à l’article Faras, l’équitation le sera sous Furūsiyya, et l’on ne s’appesantira pas ici sur ce qui a trait au cheval, pour s’en tenir au cavalier. On remarquera dès l’abord qu’en arabe, «monter à cheval» se dit rakiba, de sorte que le participe actif rākib a le sens général de «cavalier», alors que fāris ¶ paraît être le participe actif de farusa «être expert en chevaux», et il y a, avec le radical f.r.s. impl…

Sindābūr

(90 words)

Author(s): Réd.
, Sandābūr, port sur la côte occidentale de l’Inde péninsulaire. Al-Idrīsī le décrit comme une ville commerçante sur un large estuaire, avec un mouillage. On a tenté de l’identifier soit avec Siddhāpūr/S̲h̲iddāpūr, soit avec la moderne S̲h̲ādas̲h̲ivagad, à environ 80 km au Sud de Goa, et à partir de là avec ce qui est maintenant le territoire conjoint de Goa, Daman et Diu, dans l’Union Indienne. (Réd.) Bibliography S. Maqbul Ahmad, India and the neighbouring territories in the Kitāb Nuzhat al-Mus̲h̲tāq... of al-S̲h̲arīf al-Idrīsī, Leyde 1960, 58, 62, 102, 159.

Bāriḥ

(107 words)

Author(s): Réd.
(a.) se dit d’un animal sauvage ou d’un oiseau qui passe de droite à gauche devant un voyageur ou un chasseur; bien que les opinions diffèrent sur ce point, on en tire généralement un mauvais augure, parce que, dit-on, il présente son côté gauche au chasseur qui n’a pas le temps de le viser; l’animal qui passe de gauche à ¶ droite ( sāniḥ) est au contraire de bon augure. Le nāṭiḥ vient de face, et le ḳaʿīd par derrière. (Réd.) Bibliography Freytag, Einleitung, 163 Wellhausen, Reste 2, 202 Doutté, Magie et religion, 359 Ḏj̲āḥiẓ, Tarbīʿ, éd. Pellat, index L.A. s.v. Maydānī, sous man lī bi-l-sāniḥ b…

Ibrāhīm b. ʿAlī al-Aḥdab

(314 words)

Author(s): Réd.
, s̲h̲ayk̲h̲ ḥanafite libanais (né à Tripoli en 1243/1827, mort à Beyrouth le 22 rad̲j̲ab 1308/3 mars 1891) qui est un estimable représentant de la culture arabe au XIXe siècle. Après des études traditionnelles, il se dirigea vers l’enseignement (1264-8/1848-52), puis se rendit à Constantinople où il adressa un long panégyrique à ʿAbd al-Mad̲j̲īd, fut pendant quelques années le conseiller de Saʿīd Ḏj̲unbulāṭ et le précepteur de ses enfants et entra finalement dans la magistrature à Beyrouth en 1276/1859. Collaborateur de la revue T̲h̲amarāt al-funūn et figure importante d’une s…

ʿAnāḳ

(108 words)

Author(s): Réd.
, nom donné par les Arabes à la fille d’Adam, sœur jumelle de Seth, épouse de Caïn et mère de ʿŪd̲j̲ [ q.v.]; voir Ḏj̲āḥiẓ, Tarbīʿ, éd. Pellat, index. — En zoologie, ʿ anāḳ désigne une espèce de lynx, le caracal (du turc ḳara ḳulaḳ «oreille noire», persan siyāh gūs̲h̲) répandu sur une grande partie de l’Asie et de l’Afrique, et qui passait pour précéder le lion et annoncer, par son cri, l’approche de celui-ci. — En astronomie, ʿ Anāḳ al-Banāt désigne l’étoile ζ de la Grande Ourse, et ʿ Anāḳ al-arḍ, γ d’Andromède; voir A. Benhamouda, Les Noms arabes des étoiles, dans AIEO Alger, IX, 1951, 84, 97. (Réd.)…

ʿIlm

(1,168 words)

Author(s): Réd.
(a.) « connaissance », contraire de d̲j̲ahl « ignorance », est mis en corrélation, d’une part, avec ḥilm [ q.v.], d’autre part avec un certain nombre de termes dont on trouvera une définition plus précise aux articles correspondants: maʿrifa, fiḳh, ḥikma, s̲h̲uʿūr; le corrélatif le plus fréquent de ʿilm est cependant maʿrifa. Le verbe ʿalima est employé dans le Ḳurʾān tant à l’inaccompli qu’à l’accompli et à l’impératif, avec le sens de « connaître », « savoir », mais à l’impératif ou à l’accompli, il semble souvent signifier fondamentalement « apprendre » (sans effort, la Ve forme taʿallam…

K̲h̲alīfa b. Abī l-Maḥāsin

(168 words)

Author(s): Réd.
al-Ḥalabī, médecin arabe originaire d’Alep, qui était peut-être apparenté à la famille d’Ibn Abī Uṣaybiʿa [ q.v.]. Les données biographiques qui le concernent sont assez rares, mais l’on sait qu’il écrivit, probablement entre 654 et 674/1256-75, un traité d’ophtalmologie intitulé al-Kāfi fī l-kuḥl (ou fī l-ṭibb) dans lequel il donne un aperçu sommaire de l’histoire de l’ophtalmologie chez les Arabes et traite de l’anatomie, de la physiologie et de l’hygiène des yeux, en citant les médicaments utilisés contre les maladies auxquelles ils son…

Ala Dag̲h̲

(98 words)

Author(s): Rèd.
(T.), «montagne multicolore», nom de diverses montagnes. 1. En Anatolie du N.-O., près de Bolu. 2. Dans la chaîne du Taurus. 3. En Anatolie Orientale, près des sources du Murād Ṣu, au N.-E. du lac de Wān; elle servait de quartiergénéral d’été aux Ilk̲h̲ānides. 4. En Perse du N.-E., au Sud de l’Atrek. 5. En Asie Centrale, entre la Dzoungarie et le bassin du Lac Balkas̲h̲. 6. Entre l’Issik Köl et l’Alma Ata. 7. En Sibérie (en russe, Monts Kouznets), au N. des Monts Altaï. La prononciation locale des trois dernières est Ala Taw. (Rèd.)

al-Ak̲h̲ḍar

(32 words)

Author(s): RÉd.
, litt. le «vert», forme vulgarisante employée en Afrique du Nord pour al-Ḵh̲iḍr [ q.v.], comme prénom d’usage courant. Certains santons, en particulier à Constantine, sont connus sous ce nom. (RÉd.)

Parendā

(127 words)

Author(s): Réd.
, petite ville et forteresse, autrefois dans l’État indigène de Ḥaydarābād, ajourd’hui dans le district de S̲h̲olapur de l’État de Mahāras̲h̲tra, dans l’Union Indienne (18°16´N., 75°27´E.). La forteresse est attribuée, comme beaucoup d’autres au Deccan, au ministre bahmanide Maḥmūd Gāwān [ q. v. ] c’est-à-dire au troisième quart du IXe/XVe siècle, mais elle peut fort bien être plus ancienne [voir Burd̲j̲ III, dans I, 1363b]. Parendā fut pendant quelque temps la capitale des Niẓām S̲h̲āhides [ q.v] après la prise d’Aḥmadnagar [ q. v. ] par les troupes d’Akbar en 1014/1605, mais…

Abū Zayd

(111 words)

Author(s): Réd.
, héros légendaire des Banū Hilāl. Dans le cycle de romans relatifs aux Banū Hilāl, il est représenté comme le fils de Rizḳ, maître du Bilād al-Sarw, et de Ḵh̲aḍrāʾ, fille du s̲h̲arīf de la Mekke. Il avait la peau noire et son nom d’origine était Barakāt. Après diverses aventures en Arabie, Abū Zayd alla au Mag̲h̲rib avec sa tribu; là, il fut traîtreusement assassiné par l’autre personnage principal des romans, Diyāb (ou Ḏh̲iʾāb), mais il fut vengé à son tour par le meurtre de Diyāb. Aucun docum…

Ḥays

(301 words)

Author(s): Réd.
(a.; nom d’unité ḥaysa), mets arabe fait de dattes (de la variété dite barnī) écrasées et pétries avec du beurre de conserve; on y ajoute du fromage de lait de chamelle écrémé, desséché et friable, ou de la farine, ou encore du pain émietté. L’invention de ce mélange est attribuée par la tradition (voir al-Ḏj̲āḥiẓ, Buk̲h̲alāʾ, éd. Ḥād̲j̲irī, 211; trad. dans Arabica, II/3 (1955), 336) à un notable mak̲h̲zūmite du nom de Suwayd al-Haramī (lbn al-Kalbī-Caskel, Ḏj̲amhara, Tab. 22), dont on dit aussi qu’il fut le premier à servir à boire du lait à La Mekke (Muṣʿab al-Zubayrī, Nasab Ḳurays̲h̲, 342)…

al-Malik al-Ṣāliḥ Ismāʿīl

(152 words)

Author(s): Réd.
b. Badr al-dīn Luʾuʾa Rukn al-dīn souverain éphémère de Mawṣil [ q.v.] après son père. Luʾuʾa [ q.v.] s’était soumis aux Mongols, et Ismāʿīl, son fils aîné, s’était rendu à l’ordo du Grand Ḵh̲ān à Ḳaraḳorum pour y porter l’hommage de son père. Lorsque Luʾuʾamourut en 657/1258, Ismāʿīl lui succéda, mais en profita pour changer de camp et s’opposer aux Mongols. Il rejoignit les forces du Mamlūk Baybars [ q.v.], mais fut tué en même temps que son jeune fils lorsque les Mongols prirent et pillèrent Mawṣil. La brève lignée des Atabegs Luʾuʾades fut ainsi interrompue. (Réd.) Bibliography M. Van Be…
▲   Back to top   ▲