Search

Your search for 'dc_creator:( "Red." ) OR dc_contributor:( "Red." )' returned 1,359 results. Modify search


Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Īsāg̲h̲ūd̲j̲ī

(122 words)

Author(s): Réd.
, l’Isagogue de Porphyre [voir Furfūriyūs]. D’après Ṣāʿid al-Andalusī ( Ṭabaḳāt al-umam, éd. Cheikho, Beyrouth 1912,49; trad. Blachère, Paris 1935, 101), Ibn al-Muḳaffaʿ [ q.v.] serait le premier traducteur en arabe de cette introduction à la logique, alors que le Fihrist (I, 244) cite Ayyūb b. al-Ḳāsim al-Raḳḳī qui se serait fondé sur une traduction en syriaque. Parmi les adaptations en arabe de l’ Isagogue, nous possédons celle d’Abū l-Ḥasan Ibrāhīm b. ʿUmar al-Biḳāʿī al-S̲h̲āfiʿī (v. Brockelmann, S II, 177) avec un commentaire d’al-Sanūsī (ms. Alger n° 13…

I̊li̊d̲j̲a

(251 words)

Author(s): RÉd.
, (t.) « source chaude », et bain alimenté par une source chaude (tandis qu’en principe, dans l’usage ottoman, un ḥammām [ q.v.] est un bain dont l’eau est chauffée artificiellement), mot typiquement turc occidental, diminutif (?) de i̊li̊ « chaud » (< i̊li̊g, cité par Maḥmūd Kās̲h̲g̲h̲arī, texte arabe, I, 31 = tr. B. Atalay, I, 31, opposé au « turc » yi̊li̊g, comme exemple de la tendance des Og̲h̲uz à supprimer l’ y initial). Selon ʿĀṣim (traduction turque de Muḥīṭ d’al-Fīrūzābādī, s.v. al-ḥimma, éd. de 1268-72, III, 435; cité dans TTS, I, 349), une source thermale et curative est appelée « i̊li…

al-Kūhin

(311 words)

Author(s): Réd.
, appellatif d’un certain nombre de familles d’origine juive, mais converties à l’Islam. Une des plus connues est celle à laquelle appartient Abū Muḥammad ʿAbd al-Ḳādir b. Aḥmad qui, né à Fās vers la fin du XIIe/XVIIIe siècle, fit des études religieuses poussées sous la direction de savants renommés tels qu’Ibn al-Ḥād̲j̲d̲j̲ [ q.v.] Ḥamdūn, Ibn Sūda [ q.v.] Aḥmad et Ibn Kīrān [ q.v., au Suppl.]. Disciple direct de Mawlāy al-ʿArbī al-Darḳāwī [voir Darḳāwa], il s’affilia à la confrérie que ce dernier venait de fonder. Il accomplit un premier pèlerinage qu’il raconta dans une Riḥla apparemme…

Idrīs b. al-Ḥusayn

(182 words)

Author(s): Réd.
b. Abī Numayy, Abū ʿAwn, s̲h̲arīf de La Mekke au début du XIe/XVIIe siècle. Né en 974/1565, il devint s̲h̲arīf et gouverneur du Ḥid̲j̲āz en 1011/1602-3 après son frère Abū Ṭālib et conjointement avec son neveu Muḥsin. Cette division du pouvoir se termina cependant par une dispute acharnée entre les membres de la famille, à propos, semble-t-il, de la suite et des serviteurs ( k̲h̲uddām) d’Idrīs, et, en 1034/1624-5, celui-ci fut dépossédé du gouvernorat du Ḥid̲j̲āz au profit de Muḥsin. Le conflit fut résolu par une trêve, durant laquelle Idrīs promit de quitte…

Abū S̲h̲ādī

(971 words)

Author(s): Réd.
, Aḥmad Zakī (1892-1955), médecin, ¶ journaliste, écrivain et poète égyptien dont les multiples activités ne laissent d’être surprenantes Né au Caire le 9 février 1892, il fit ses études primaires et secondaires dans sa ville natale, puis alla en 1912 étudier la médecine à Londres où il se spécialisa microbiologie; par la même occasion, il s’intéressa en particulier à l’apiculture et acquit une assez vaste culture anglo-saxonne qui devait exercer une profonde influence sur sa production littéraire. D…

Ulug̲h̲ K̲h̲ān

(86 words)

Author(s): Réd.
(en turc, ‘Grand Khan’), titre porté, aux VIIe-VIIIe/XIIIe-XIVe siècles dans l’Inde musulmane, par divers sultans de Dihlī, ethniquement turcs; parmi eux, on trouve le roi-esclave G̲h̲iyāt̲h̲ al-dīn Balban (664-86/1266-87 [ q.v. dans Suppl.]), et par la suite, en tant que prince, par le Sultan Muhammad b. Tug̲h̲uḳ (724 ou 725-52/1324 ou 1325-51 [ q.v.]). Plus tard, ce titre fut porté par des non-Turcs incluant plusieurs Ḥabs̲h̲ī-s, quoique noirs d’origine servile estafricaine, surtout dans le sultanat de Gud̲j̲arāt [voir Ḥabs̲h̲ī, Vol. III, 16a et b]. (Réd.) ¶

Tindūf

(134 words)

Author(s): Réd.
, forme usuelle Tindouf, petite ville de la partie Sud-ouest de l’Algérie moderne, dans le gouvernorat ( wilāya) de Saoura et à l’extrémité Sud-ouest de la Hamada du Dra près de l’endroit où se rejoignent les frontières actuelles de l’Algérie, du Maroc, de l’ex-Sahara espagnol et de la Mauritanie (27° 42’ de lat. N, 80° 10’ de long. O.). Elle se trouve actuellement sur la route reliant l’Algérie occidentale à la Mauritanie, avec un terrain d’atterrissage; elle a acquis récemment une importance économique et poli…

ʿAdī b. Arṭāt

(257 words)

Author(s): Réd.
al-Fazārī, Abū Wāt̲h̲ila, officier au service des Umayyades qui, de Baṣra, gouverna le ʿIrāḳ de 99 à 101/718-20. Nommé à cette fonction par ʿUmar b. ʿAbd al-ʿAzīz qui venait de révoquer Yazīd b. al-Muhallab, il reçut l’ordre d’appréhender tous les fils d’al-Muhallab, et réussit à s’emparer d’al-Mufaḍḍal, de Ḥabīb, de Marwān et de Yazīd, mais ce dernier s’évada et revint à la charge. ʿAdī leva alors les troupes baṣriennes et fit ¶ creuser un fossé autour de la ville pour empêcher le rebelle d’y pénétrer, mais ces mesures n’eurent aucun effet. Yazīd s’empara en effet…

Ḥuḳūḳ

(165 words)

Author(s): Réd.
, pluriel de Ḥaḳḳ [ q.v.], droits ou revendications légales et obligations correspondantes, dans le droit religieux musulman. On distingue les ḥuḳūḳ Allāh, les droits ou exigences d’Allāh, par ex. les peines ḥadd [ q.v.], et les ḥuḳūḳ al-ādamiyyīn, droits et revendications des particuliers, essentiellement civils. Employé pour les choses, ḥukūḳ désigne les accessoires qui leur sont nécessairement rattachés, comme, par exemple, les lieux d’aisance et la cuisine d’une maison, et les servitudes en général; ce terme se retrouve couramment dans les formulaires juridiques ( s̲h̲urūṭ [ q…

Ḳanbāniya

(290 words)

Author(s): Réd.
(et aussi Kanbāniya; Ḳanfāniya est attesté une fois dans le Calendrier de Cor doue), de l’espagnol campaňa, désigne, d’une façon générale, en arabe hispanique, la campagňe, mais tout particulièrement la Campiň a, c’est-à-dire la vaste plaine légèrement ondulée qui constituait la partie méridionale de la kūra de Cordoue. Al-Idrīsī ( Description de l ’Afrique et de l’Espagne, éd.-trad. Dozy-De Goeje, 174/209) en fait un iḳlīm dont le chef-lieu était Cordoue et les villes principales al-Zahrāʾ, Ecija, Baena, Cabra et Lucena. En quittant la capitale, on y accéda…

Fallūd̲j̲a

(110 words)

Author(s): Réd.
, nom de deux districts ( ṭassūd̲j̲) du ʿIrāḳ, le Haut et le Bas Fallūd̲j̲a, qui occupaient l’angle formé par les deux branches du bas-Euphrate se déversant finalement dans la Baṭīḥa [ q.v.], l’Euphrate proprement dit à l’Ouest (ce bras porte divers noms chez les géographes et s’appelle aujourd’hui S̲h̲aṭṭ al-Hindiyya) et le nahr Sūrā à l’Est (aujourd’hui S̲h̲aṭṭ al-Ḥilla). (Réd.) Bibliography Suhrāb, K. ʿAd̲j̲āʾib al-aḳālīm al-sabʿa, éd. H. von Mžik, Leipzig 1930, 124-5 Ṭabarī, index Balād̲h̲urī, Futūḥ, 245, 254, 265, 457 Bakrī, index Yāḳūt, s.v. Yaʿḳūbī-Wiet, 140 Masʿūdī, Murūd̲j̲…

Malang

(266 words)

Author(s): Réd.
(étymologie incertaine; n’est pas pand̲j̲ābī, mais peut-être persan; en ourdou, malangi, au masc. == saunier, au fém. = femme dissolue, impudique), terme usité dans l’Inde musulmane, y compris le Pand̲j̲āb, mais aussi le Deccan, pour désigner des derviches errants du type kalandarī, bī-s̲h̲arʿ ou antinomien [voir Ḳalandar, Ḳalandariyya]. Ḏj̲aʿfar S̲h̲arīf [ q.v.], dans un passage de son Ḳānūn-i Islam, appelle d’une façon embarrassante leur fondateur Ḏj̲alāl al-dīn Buk̲h̲āri. Mak̲h̲dūm-i Ḏj̲ahāniyān-i Ḏj̲ahangas̲h̲t [ q.v.] et, dans un autre, Ḏj̲amand̲j̲atī, disciple…

Ḥayfā

(2,170 words)

Author(s): Réd
(moderne Haifa), port au pied du Mont Carmel. Ce nom ne figure pas dans la Bible, mais il apparaît fréquemment dans le Talmud et dans les sources juives postérieures, et il est mentionné par Eusèbe sous la forme Èφα. Dans les premiers siècles de la domination musulmane, Haifa fut éclipsée par ʿAkkā [ q.v.] et elle est décrite pour la première fois par Nāṣir-i Ḵh̲usraw, qui s’y trouvait en 438/1046. Il parle des palmeraies et des nombreux arbres de ce village ( dih) et mentionne les sables voisins de l’espèce utilisée par les orfèvres persans et appelés par eux sable makhī. Il trouva aussi des …

al-Malaṭī

(161 words)

Author(s): Réd.
, Abū l-Ḥusayn Muḥammad b. Aḥmad b. ʿAbd al-Raḥmān, faḳīh s̲h̲āfiʿite et spécialiste des lectures ḳurʾāniques, né à Malaṭya, m. à ʿAsḳalān en 377/987, d’où la nisba d’al-ʿAsḳalānī qu’il porte également. Il est l’auteur d’une ḳaṣīda de 59 vers sur les lectures et les lecteurs, à l’imitation d’un poème de Mūsā b. ʿUbayd Allāh al-Ḵh̲āḳānī, mais il mérite la reconnaissance des islamologues pour avoir laissé l’un des traités d’hérésiographie les plus anciens, le Kitāb al-Tanbīh wa-l-radd ʿalā ahl al-ahwāʾ wa-l-bidaʿ, qui a fait l’objet de plusieurs éditions, en particulier par …

Ismāʿīl Ḥaḳḳī b. Ibrāhīm b. ʿAbd al-Wahhāb, Manāsti̊rli̊

(356 words)

Author(s): Réd.
(1846-1912), prédicateur et savant religieux ottoman. Né et élevé à Manāsti̊r dans l’actuelle Macédoine, il vint tout jeune homme à Istanbul, suivit des cours en medrese et enseigna à la Mosquée Fatih. En 1874, il devint prédicateur ( wāʿiẓ) à la Mosquée Dolmabahçe, puis à Aya Sofia, où il attirait les foules. Il commença sa carrière d’enseignant comme professeur d’arabe au ʿAskerī Rüs̲h̲diyye à Eyüb, puis en 1884, il devint professeur de jurisprudence au Ḥüḳūk Mektebi; il y demeura jusqu’au moment où il devint sénateur [ aʿyān aʿḍāsi̊) après la révolution de 1908. Il donna des co…

Tawrīḳ

(79 words)

Author(s): Réd.
(a.), nom verbal de la 2e forme du verbe warraḳa, littéralement: «action de déployer des feuilles, des branches», utilisé en art et en architecture avec le sens d’arabesque, motif d’ornement et de décoration végétal. Al-tawrīḳ passa dans la langue espagnole médiévale sous la forme ataurique, d’où la définition de Pedro de Alcaca pintura de lazos morisca, tavrîq (Dozy et Engelmann, Glossaire des mots espagnols et portugais dérivés de l’Arabe 2, Leyde 1869, 214). Voir aussi Arabesque. (Réd.)

Abū l-Ḥasan al-Battī

(294 words)

Author(s): Réd.
, Aḥmad b. ʿAlī, poète et lettré originaire d’al-Batt, au ʿIrāḳ ¶ (Yāḳūt, I, 488), qui fit partie du personnel de la chancellerie d’al-Ḳādir (381-422/992-1031). Lorsque ce futur calife dut prendre la fuite pour échapper à al-Ṭāʾiʿ (381/991), al-Battī avait déjà été à son service, et c’est chez lui qu’il trouva refuge; aussi, dès son avènement, le nomma-t-il à son dīwān, où il fut chargé de la poste et du renseignement. Muʿtazilite en théologie et ḥanafite en fiḳh, il s’était auparavant spécialisé dans l’étude du Ḳurʾān et du ḥadīt̲h̲, mais, avec ses nouvelles fonctions, il ne tarda…

Saʿīda

(182 words)

Author(s): Réd.
(forme française: Saīda), ville d’Algérie, chef lieu du département ( wilāya) du même nom, à 175 km d’Oran (Wahrān [ q. v.]) et à 95 km de Mascara (al-Muʿaskar [ q.v. ]), à 900 m d’altitude, sur le wadi Saʿīda, au contact du Causse oranais (monts de Saīda) et des Hautes Plaines, plateaux calcaires appartenant à l’ensemble de l’Atlas Tellien, à l’Est des monts de l’Ouarsenis (Wans̲h̲arīs). La ville comptait environ 30 000 habitants et le département environ 200 000 en 1987. La région est propice à la culture des céréales, et à l’élevage des moutons. L’intérêt stratégique récurrent que le si…

Palamāw

(102 words)

Author(s): Réd.
(«lieu de refuge»), nom de ce qui est maintenant un district de l’Etat de Bihār, dans ¶ l’Union Indienne, à cheval sur le plateau de Čhota Nāgpur. C’était aussi le nom de deux forteresses construites par les rād̲j̲ās Rād̲j̲pūts Čero de Palamāw qui ont été attaquées au milieu du XIe/XVIIe siècle par le général mughal Dāwūd Ḵh̲ān Ḳurays̲h̲ī; ce dernier a soumis les rād̲j̲ās au tribut et bâti plusieurs beaux édifices islamiques à Palamāw. Dans les premières années du XXe siècle, les Musulmans représentaient 8% de la population du district. (Réd.) Bibliography Imperial gazetteer of India 2, XI…

Unayf

(84 words)

Author(s): Réd,
b. Dald̲j̲a b. Ḳunāfa al-Kalbī (généalogie complète dans al-Ṭabarī, II, 204, voir également Ibn al-Kalbī-Caskel, I,’tableau 286, II, 572), chef tribal de Kalb en Syrie [voir Kalb b. Wabara], vécut au début du VIIe s. Son fils, Baḥdal, fut le père de Maysūn [ q.v.], l’épouse du calife umayyade Muʿāwiya I et la mère de Yazīd Ier. Elle soutint avec vigueur la cause sufyānide. (Réd.) Bibliography Voir également H. Lammens, Études sur le règne du calife Moʿâwiya Ier , dans MFOB, III (1908), 150.
▲   Back to top   ▲