Search

Your search for 'dc_creator:( "Red." ) OR dc_contributor:( "Red." )' returned 1,359 results. Modify search


Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

K̲h̲alīfa b. Abī l-Maḥāsin

(168 words)

Author(s): Réd.
al-Ḥalabī, médecin arabe originaire d’Alep, qui était peut-être apparenté à la famille d’Ibn Abī Uṣaybiʿa [ q.v.]. Les données biographiques qui le concernent sont assez rares, mais l’on sait qu’il écrivit, probablement entre 654 et 674/1256-75, un traité d’ophtalmologie intitulé al-Kāfi fī l-kuḥl (ou fī l-ṭibb) dans lequel il donne un aperçu sommaire de l’histoire de l’ophtalmologie chez les Arabes et traite de l’anatomie, de la physiologie et de l’hygiène des yeux, en citant les médicaments utilisés contre les maladies auxquelles ils son…

Ala Dag̲h̲

(98 words)

Author(s): Rèd.
(T.), «montagne multicolore», nom de diverses montagnes. 1. En Anatolie du N.-O., près de Bolu. 2. Dans la chaîne du Taurus. 3. En Anatolie Orientale, près des sources du Murād Ṣu, au N.-E. du lac de Wān; elle servait de quartiergénéral d’été aux Ilk̲h̲ānides. 4. En Perse du N.-E., au Sud de l’Atrek. 5. En Asie Centrale, entre la Dzoungarie et le bassin du Lac Balkas̲h̲. 6. Entre l’Issik Köl et l’Alma Ata. 7. En Sibérie (en russe, Monts Kouznets), au N. des Monts Altaï. La prononciation locale des trois dernières est Ala Taw. (Rèd.)

al-Ak̲h̲ḍar

(32 words)

Author(s): RÉd.
, litt. le «vert», forme vulgarisante employée en Afrique du Nord pour al-Ḵh̲iḍr [ q.v.], comme prénom d’usage courant. Certains santons, en particulier à Constantine, sont connus sous ce nom. (RÉd.)

Parendā

(127 words)

Author(s): Réd.
, petite ville et forteresse, autrefois dans l’État indigène de Ḥaydarābād, ajourd’hui dans le district de S̲h̲olapur de l’État de Mahāras̲h̲tra, dans l’Union Indienne (18°16´N., 75°27´E.). La forteresse est attribuée, comme beaucoup d’autres au Deccan, au ministre bahmanide Maḥmūd Gāwān [ q. v. ] c’est-à-dire au troisième quart du IXe/XVe siècle, mais elle peut fort bien être plus ancienne [voir Burd̲j̲ III, dans I, 1363b]. Parendā fut pendant quelque temps la capitale des Niẓām S̲h̲āhides [ q.v] après la prise d’Aḥmadnagar [ q. v. ] par les troupes d’Akbar en 1014/1605, mais…

Abū Zayd

(111 words)

Author(s): Réd.
, héros légendaire des Banū Hilāl. Dans le cycle de romans relatifs aux Banū Hilāl, il est représenté comme le fils de Rizḳ, maître du Bilād al-Sarw, et de Ḵh̲aḍrāʾ, fille du s̲h̲arīf de la Mekke. Il avait la peau noire et son nom d’origine était Barakāt. Après diverses aventures en Arabie, Abū Zayd alla au Mag̲h̲rib avec sa tribu; là, il fut traîtreusement assassiné par l’autre personnage principal des romans, Diyāb (ou Ḏh̲iʾāb), mais il fut vengé à son tour par le meurtre de Diyāb. Aucun docum…

Ḥays

(301 words)

Author(s): Réd.
(a.; nom d’unité ḥaysa), mets arabe fait de dattes (de la variété dite barnī) écrasées et pétries avec du beurre de conserve; on y ajoute du fromage de lait de chamelle écrémé, desséché et friable, ou de la farine, ou encore du pain émietté. L’invention de ce mélange est attribuée par la tradition (voir al-Ḏj̲āḥiẓ, Buk̲h̲alāʾ, éd. Ḥād̲j̲irī, 211; trad. dans Arabica, II/3 (1955), 336) à un notable mak̲h̲zūmite du nom de Suwayd al-Haramī (lbn al-Kalbī-Caskel, Ḏj̲amhara, Tab. 22), dont on dit aussi qu’il fut le premier à servir à boire du lait à La Mekke (Muṣʿab al-Zubayrī, Nasab Ḳurays̲h̲, 342)…

al-Malik al-Ṣāliḥ Ismāʿīl

(152 words)

Author(s): Réd.
b. Badr al-dīn Luʾuʾa Rukn al-dīn souverain éphémère de Mawṣil [ q.v.] après son père. Luʾuʾa [ q.v.] s’était soumis aux Mongols, et Ismāʿīl, son fils aîné, s’était rendu à l’ordo du Grand Ḵh̲ān à Ḳaraḳorum pour y porter l’hommage de son père. Lorsque Luʾuʾamourut en 657/1258, Ismāʿīl lui succéda, mais en profita pour changer de camp et s’opposer aux Mongols. Il rejoignit les forces du Mamlūk Baybars [ q.v.], mais fut tué en même temps que son jeune fils lorsque les Mongols prirent et pillèrent Mawṣil. La brève lignée des Atabegs Luʾuʾades fut ainsi interrompue. (Réd.) Bibliography M. Van Be…

Nad̲j̲ībābād

(164 words)

Author(s): Réd.
, ville de la partie occidentale de la région du Rohilk̲h̲and qui fait partie de l’Etat indien actuel d’Uttar Pradesh; elle est le chef-lieu (29° 37ʹ N., 78° 19ʹ E.) d’un taḥṣīl du même nom dans le district de Bijnor. La ville a été fondée par le général et wazīr afg̲h̲ān des empereurs mug̲h̲als, Nad̲j̲īb al-dawla [ q.v.], qui construisit, en 1168/1755, un fort, Patthagaŕh, à 1 km ½ à l’Est. Mise à sac par les Marāt́hās [ q.v.] en 1186/1772, elle passa deux ans plus tard aux nawwābs d’Awadh [ q.v.] (Oudh). L’arrière petit-fils de Nad̲j̲īb al-dawla, Maḥmūd, participa à la grande révolt…

Abū l-Ḥasan al-Anṣārī

(213 words)

Author(s): Réd.
, ʿAlī b. Mūsā b. ʿAlī b. Arfaʿ (Rāfiʿ) Rāsuh al-Andalusī al-Ḏj̲ayyānī (515-93/1121-97), prédicateur de Fās appartenant à une famille dont un membre (Ibn Arfaʿ Rāsuh) s’était signalé au Ve/XIe siècle à Tolède comme auteur de muwas̲h̲s̲h̲aḥāt (Ibn al-Ḵh̲aṭīb en a conservé dix spécimens dans son Ḏj̲ays̲h̲ al-taws̲h̲īḥ, nos 49-58; cf. S. M. Stern, Les chansons mozarabes, Palerme 1953, 43, 44; E. García Gómez, Métrica de la moaxaja y métrica espanola, dans al-And., XXXIX (1974), 25). La renommée de ʿAlī b. Mūsā repose sur un poème de 1414 vers (rime - ṭā, mètre ṭawīl) consacré à l’alchimie …

al-ʿUdayd

(78 words)

Author(s): Réd,
, petit village dans le Ḵh̲awr al-ʿUdayd, crique de la côte Sud-est de la péninsule du Ḳaṭar [ q.v.], sur les rives méridionales du Golfe (24° 33′ de lat. N. et 51° 30′ de long. E.). Il est situé dans la région frontalière non définie entre le Ḳaṭar et Abū Ẓaby [ q.v.], qui forme l’une des principautés constituant les Émirats Arabes Unis [voir al-Imārāt al-ʿArabiyya al-Muttaḥida, dans Suppl.] (Réd.) Bibliography Voir celles de Abū Ẓaby et de Ḳaṭar

Yamīn

(238 words)

Author(s): Réd,
(a.), plur. aymān, aymun, signifie «la main droite», fréquemment utilisé en arabe au sens dérivé de «serment». Dans la vie et les activités des hommes, la main droite est souvent le symbole du pouvoir et de la capacité à accomplir une action. Le mot arabe yamīn a les connotations de fortune et de prospérité alors que le terme plus général de yad «main» occupe un champ sémantique très vaste, puissance, assistance, santé, efficacité, capacité à mener à bien tel acte. La main droite peut être un élément culturel, ainsi la main de bronze, provenant sans doute…

al-Mug̲h̲ammas

(147 words)

Author(s): Réd.
, nom d’une vallée proche de La Mekke, à peu de distance de la route d’al-Ṭāʾif, qui est citée, en particulier dans des vers anciens, parce que la tradition y situait la tombe d’Abū Rig̲h̲āl [ q.v.]. La lecture de ce toponyme n’est d’ailleurs pas sûre, puisque l’on hésite entre al-Mag̲h̲ammas, al-Mug̲h̲ammis et al-Mug̲h̲ammas. ¶ Cette dernière forme paraît la plus plausible, car elle désigne un endroit couvert de broussailles ou d’arbustes où l’on peut se dissimuler, et, d’après une tradition, c’est là que le Prophète se rendait pour faire ses beso…

K̲h̲unāṣira

(293 words)

Author(s): Réd.
, ancienne place forte située à une soixantaine de km. au Sud-est d’Alep et à une centaine du Nord-est de Ḥamāt, sur un itinéraire Alep-Bag̲h̲dād par le désert en bordure duquel elle s’élevait. La fondation de la localité est attribuée à Ḵh̲unāṣir(a) b. ʿAmr des Banū Kināna (Ibn al-Kalbī-Caskel, Tab. 290 et II, 349), mais il est probable qu’elle est plus ancienne. Yāḳūt ( s.v.), qui cite également al-Ḵh̲unāṣir b. ʿAmr, lieutenant d’Abraha al-As̲h̲ram, doit se faire l’écho d’une légende tardive. Ce chef-lieu de la kūra d’al-Aḥaṣṣ devait sa célébrité, à l’époque umayyade, au fait …

Muḥammad b. Zayd

(484 words)

Author(s): Réd.
b. Muḥammad b. Ismāʿīl... b. ʿAlī b. Abī Ṭālib, Zaydite qui régna sur le Ṭabaristān [ q.v.] et le Ḏj̲urd̲j̲ān [voir Gurgān] pendant quelques années dans la seconde moitié du IIIe/IXe siècle. Frère d’al-Ḥasan b. Zayd [ q.v.], al-dāʿī al-kabīr, il lui succéda en 270/884 et reçut le titre d’ al-dāʿī al-ṣag̲h̲īr et le laḳab honorifique d’al-Ḳāʾim bi-l-ḥaḳḳ. C’est surtout à partir de ce moment-là qu’on entend parler de lui, car, avant son arrivée au pouvoir, il paraît avoir vécu dans l’ombre de son frère, qui le chargea cependant de ramener à la raison …

al-Arrad̲j̲ānī

(166 words)

Author(s): Réd.
, Nāṣiḥ al-dīn Abū Bakr Aḥmad b. Muḥammad al-Anṣārī, poète arabe né à Arrad̲j̲ān en 460/1067, m. en 544/1149-50 à Tustar ou à ʿAskar Mukram. Des études religieuses, faites notamment à la Niẓāmiyya d’Iṣfahān, lui permirent d’être nommé ḳāḍī de Tustar, mais il s’adonna de bonne heure à la poésie qu’il considéra comme un gagne-pain et adressa, en particulier au calife ʿabbāside al-Mustaẓhir, des panégyriques en forme de ḳaṣīda, avec le nasīb traditionnel. Bien que certains critiques apprécient son œuvre, al-Arrad̲j̲ānī doit être considéré comme un versificateur sans envergure. Son dīwān…

Mungīr

(229 words)

Author(s): Réd.
(orth. conventionnelle: Monghyr), ville du Bihār dans l’Union Indienne, sur la rive méridionale du Gange (25° 25’ N. et 86° 27’ E.) et à un important point de communications entre le Bengale et la moyenne vallée du fleuve. C’est aussi le centre administratif d’un district du même nom de la province du Bihār. Elle avait été fondée, dit-on, à l’époque des Guptas, et son premier conquérant musulman fut Muḥammad Bak̲h̲tiyār Ḵh̲ald̲j̲ī [ q.v.], lors de son expédition au Bihār en 589/1193. Elle acquit par la suite une certaine importance militaire et administrative et fut…

Dubdū

(765 words)

Author(s): Réd.
(orth. courante Debdou; pron. usuelle: Dəbdu, ethn. dəbdūbī, pl. dbādba), petite ville du Maroc oriental, à 1100 m. d’alt., «au pied du flanc droit de la vallée» de l’oued Dubdū «qui s’élève en muraille perpendiculaire à 80 m. au-dessus du fond»; sur un plateau voisin, se dresse la forteresse ( ḳaṣba [ ḳaṣaba]) bordée d’un fossé du côté de la montagne; sur le flanc gauche de la vallée s’étend un faubourg nommé Mṣəllā. Dépendant de la ʿamāla (sous l’administration du Protectorat français, de la région) d’Oujda, elle est le centre de la tribu des Ahl Dubdū (6 599 âmes en …

Raʾs

(118 words)

Author(s): Réd.
(a., pl. ruʾūs, arʾus), «tête»; c’est dans la langue géographique le mot courant pour «cap» (cf. latin caput >cap), mais il est aussi employé au sens de «péninsule, promontoire». La Péninsule de Musandam au ʿUmān est parfois appelée Raʾs Musandam, tandis que le petit territoire occupant l’extrémité Nord de la Péninsule est qualifié de Ruʾūs al-Ḏj̲ibāl «les sommets des monts». Raʾs Tannūra [ q.v.], terminal de pipe-lines en Arabie Saoudite orientale, tire son nom de l’extrémité de la petite péninsule où est situé le port moderne. Dans le nom ¶ Raʾs al-Ḵh̲ayma [ q.v.], «point de la tente»…

al-Ṣiddīḳī

(41 words)

Author(s): Réd.
, nisba portée par les membres de la célèbre famille égyptienne de s̲h̲ayk̲h̲s de l’ordre ṣūfī des Bakriyya [voir al-Bakri b. Abi l-Surūr et Bakriyya]; elle renvoie à leur prétendue descendance du premier calife, Abū Bakr al-Ṣiddīḳ [ q.v] (Réd.)

ʿAṭāʾ Bey

(133 words)

Author(s): Réd.
, Ṭāyyārzāde ʿAṭāʾ Allāh Aḥmad, connu sous le nom de ʿAṭāʾ bey, historien ottoman. Né à Istanbul en 1225/1810, il était le fils d’un fonctionnaire du palais. Il fut lui-même élevé au palais, et occupa divers postes officiels. En 1293/1876, il se rendit au Ḥid̲j̲āz où il avait été nommé administrateur du territoire sacré ( ḥarām) de la Mekke, et mourut à Médine en 1294/1877 ou 1297/1880. Les cinq volumes d’histoire connus sous le nom de Taʾrīkh-i ʿ Aṭāʾ (Istanbul 1291-3/1874-6) représentent son œuvre la plus importante. Son intérêt principal découle de sa connaissance appr…
▲   Back to top   ▲